山东群英会选号技巧

Changement de vie quotidienne des villageois à Aba au Sichuan

Publié le 2020-06-30 à 15:21  |  China Tibet Online

« Auparavant, pour vendre des yaks à Namdak, on devait emprunter le sentier en pleine montagne à cheval。 Cela prennait deux jours pour un trajet de 30 kilomètres。 En plus, on se souciait encore de la perte de yaks pendant la soirée。 Actuellement, grâce à cette route bitumée, il faut juste une heure pour aller du pâturage au canton。» Gebo, un villageois du village de Wukeji, est heureux de voir la « route céleste » car pour lui, la vente de champignons chenilles, bulbus Fritillariae et lait constate une nette croissance。 »

La « route céleste » évoquée par les villageois, est une route cantonale dans la préfecture autonome tibétaine et Qiang d'Aba au Sichuan。 Reliant le canton de Shangduke et le canton de Namdak au comté de Rangtang, cette autoroute en béton d'une altitude de plus de 3 000 mètres et d'une longueur totale de près de 40 kilomètres traverse la crête herbeuse et s'étend au loin。  

Le fort raccourcissement du temps en route constitue le constat le plus direct et le plus profond des villageois sur la « route céleste », mais la valeur de la route est bien plus que cela. HE Dongming, directeur adjoint du Bureau de transformation du comté de Rangtang a déclaré : « auparavant au comté, les yaks se vendaient toujours à prix non-négociable. » Les bergers n'osaient pas discuter le prix car si la vente s'écoulait, ils devaient faire des allers-retours plus coûteux que la valeur des ventes. Du coup, les yaks pour lesquels ils ont tant travailler à élever se vendaient d'un seul coup, à un prix à peine acceptable pour eux. Actuellement, la route donne un « droit de discussion du prix » aux villageois : le prix d'un yak est deux fois plus élevé qu'auparavant, jusqu'à plus de huit mille yuans. En outre, il ne sera plus nécessaire de faire tout ce trajet pour amener les yaks dans le comté, car les entreprises viennent elles-même les acheter chez les bergers.

En plus de l'amélioration des ventes de yaks, la « route céleste » a donné de l'élan aux ventes de produits de spécialités comme le lait de yaks, les champignons chenilles, le bulbus fritillariae, etc. « A l'époque où il n'y avait pas d'autoroute, il était assez difficile de vendre du bœuf, du yak et du lait de yak » dit Gebo. Manque de mesures de conservation de fraîcheur, les produits spéciaux portés au dos par les villageois avec peine s'étaient détériorés sur le chemin vers le canton. Après l'ouverture officielle de la « route céleste » en mai 2018, Gebo conduit souvent la camionnette de sa famille pour transporter du fritillaire frais au marché des fermiers du canton. La vente de fritillaire peut rapporter un revenu annuel de 60 000 yuans pour la famille, sans compter les autres produits agricoles.  

Les locaux ont conduit une plate-forme d'observation pouvant accueillir près de 100 personnes au point culminant de la « route céleste », à une altitude de plus de 4 200 mètres, d'où nous pouvons voir jusqu'à des dizaines de kilomètres de loin, où les montagnes se relient au ciel。 Après l'ouverture de l'autoroute, il y a eu un flux constant de touristes en saison de pointe en juillet et en août à Aba, ce qui est une très bonne nouvelle pour les villageois à proximité。 « Le flux de touristes donne naissance au tourisme rural du village。 Les touristes aiment goûter les plats faits maison de la ferme chez les villageois et ils achètent du bœuf de yak et du beurre aussi faits maison », a déclaré Rangga, un villageois du village de Wukeji, ces ingrédients naturels et authentiques attirent de nombreux clients réguliers。  

Les moyens de transport des villageois, les accès à la vente des produits spéciaux, les traces de pneus des touristes... La « route céleste » a changé la vie des villageois riverains. Et ce n'est que le commencement du tout. 

(Rédactrice : Lucie ZHOU)  

申博体育 山东群英会开奖结果 一定牛彩票网 天天斗牛 极品斗地主